Eau publique : un budget qui investit pour vous approvisionner en eau de source.

Lorsque nous avons créé la Régie publique Eau des Lacs de l'Essonne en 2011, nous nous étions fixés 3 axes forts : l'amélioration du réseau pour laisser un patrimoine en bon état aux générations futures, accéder à l'autonomie dans l'approvisionnement en eau comme horizon et offrir au prix coûtant l'accès au service de l'eau aux usagers. D'emblée, malgré la multiplication par 6 de nos investissements sur le réseau par rapport à Veolia précédemment, nous avons établi des tarifs en moyenne de 28% moins chers, et sur la tranche des usagers consommant moins de 120m3/an, -37%.

Ce que nous avons fait est historique dans notre département. La délégation de service public était en place depuis les années 30. Nous l'avons remplacé par une gestion publique transparente financièrement, dans le recrutement, dans la construction tarifaire et dans les conditions d'accès au service de l'eau. Nous avons agrémenté le tout d'une avancée démocratique considérable, puisque le Vice-Président a été désigné par ses pairs au sein du collège « Usagers » du Conseil d'exploitation de la Régie.


Lors de l'élaboration de nos tarifs, nous avions prévenu que ceux-ci pourraient être réajustés année après année. Si nos prévisions ont été bonnes, si la gratuité et les tarifs différenciés selon l'usage ont été pertinents, si notre recrutement s'est avéré judicieux, nous pouvons affirmer que nous n'avons pas été aidé par le SEDIF et Veolia. Le taux de rendement affiché de 84% ne s'est pas retrouvé dans les faits. Nous sommes à 81%. 19 % de perte d'eau en chemin, c'est énorme ! Ce sont plusieurs centaines de milliers de litres d'eau perdus en route. Il a fallu mettre en place un logiciel de recouvrement de factures indépendant de ceux fournis par les multinationales, le tout sur des index erronés fournis par Veolia. Enfin, les branchements plombs qui devaient être supprimés par le SEDIF en 2009 et 2010 n'a pas été fait. Il est resté à notre charge plus de 750 branchements à changer avant la date légale fatidique du 1 décembre 2013. La santé des usagers étant en cause, il était hors de question que nous n'y fassions pas face. Et là où un syndicat intercommunal regroupant 144 communes aidé par une multinationale n'est pas parvenu à le faire en temps et en heure, notre petite Régie va y arriver. Ce sont en réalité 850 branchements que nous devrons changer, tant nous avons découverts de vices non répertoriés par le délégataire privé. Ceci va coûter 1,4 millions d'euros. Le SEDIF va être saisi de cette question car dans ces conditions, il est hors de question de ne pas récupérer cette somme .

Nous avons également fait le choix de raccorder notre réseau à l’aqueduc du Loing de la Régie publique Eau de Paris, ce qui sera effectif dès début 2014. Si les travaux d'investissement sont chers (4,5 millions d'€), cet ouvrage qui permettra d'approvisionner Grigny et Viry-Chatillon, fera couler de l'eau de source dans nos robinets. Et cette eau de source achetée à une régie publique coûtera 0,50€ le m3, contre 0,79€ acheté en ce mois de décembre  à la Lyonnaise des Eaux. Et encore, on connaît la façon de procéder des multinationales. D'un prix parfois attractif en début de contrat, ils incluent des clauses de révision des prix qui leur permet de faire rapidement grimper les tarifs ! Pensez qu'à Grigny, le prix il y a 3 ans était de 1,12€, il est aujourd'hui de 1,42€ ! Pour rappel, il sera de 1,16€ en 2013 pour la Régie à Viry-Chatillon. Nous allons tenter de freiner ça aussi par la révision quinquennale du contrat de Grigny avec la Lyonnaise des Eaux, avant d'y mettre fin en 2018.

C'est parce que les Grignois sont en contrat avec la Lyonnaise des Eaux qu'il était hors de question de les faire participer aux premiers investissements de la Régie qui ne dessert pour l'instant que Viry-Chatillon. Mais les travaux d'interconnexion avec Eau de Paris leur servira à partir de 2018, et ce pendant des dizaines d'années. Nous avons donc fait le choix d'injecter 100.000€ de l'agglomération à la Régie pour aider à financer ces travaux, dans un souci de solidarité intercommunale.

Cette année, nous allons augmenter les tarifs de l'inflation (2%), et de 4% pour financer les investissements liés à cette interconnexion et aux remplacements des branchements plombs non effectués par le SEDIF. Après 2 ans de travail pour prendre en compte tous les paramètres, et notamment l'état du réseau laissé en héritage par le SEDIF, nous sommes en capacité de consolider un prix d'accès au service de l'eau juste, qui prend en compte les investissements à réaliser et qui respecte nos engagements pour transmettre un patrimoine de valeur aux générations futures.

Ce prix confirme notre discours : la gestion publique de l'eau coûte moins chère que la gestion privée, tout en permettant une gestion écologique de la ressource. Nous sommes aujourd'hui moins chers de 40% par rapport à Juvisy sur Orge ou Athis-Mons, 23% moins cher même qu'à Evry-Centre-Essonne. Cette augmentation représente 7,92€/an inflation comprise, 5,76€/an inflation non comprise.

 

 

Horaires de la Régie

Ouverture de la Régie :

Lundi : de 9h à 12h et de 14h à 17h
Mardi : de 14h à 17h
Mercredi : de 9h à 12h et de 14h à 17h
Jeudi : de 14h à 19h
Vendredi : de 9h à 12h et de 14h à 17h


Renseignement et accueil des usagers : 0800 091 003

Nous vous rappelons qu’en cas d’urgence technique, le 0800 091 002 est à votre disposition 24h / 24.

A télécharger

Archives